8 étapes pour prévenir une forclusion sur votre maison

La saisie de votre maison se profile-t-elle à l’horizon ? Lisez ce qui suit

Personne n’entre en possession d’une maison en s’attendant à ce qu’elle soit saisie. Mais comme le comprend tout propriétaire averti, il arrive parfois que l’inattendu se produise dans la vie. Peut-être à cause d’une urgence, d’un décès dans la famille ou d’une autre crise financière, les choses commencent à mal tourner lorsque vous manquez des paiements. Avant que vous ne vous en rendiez compte, la forclusion est imminente dans un avenir pas trop lointain.

Ne paniquez pas. Il n’est jamais facile de faire face à une éventuelle forclusion, mais il est possible de s’y retrouver tout au long du processus, et même de l’empêcher de se produire. Il existe des ressources gratuites pour aider à prévenir la forclusion, et vous pouvez en apprendre davantage sur la façon d’éviter la forclusion lorsque vous passez en revue les étapes suivantes. De cette façon, vous prendrez des décisions plus éclairées et, quelle que soit l’étape du processus de forclusion dans laquelle vous vous trouvez, vous serez au courant de vos options.

1. Comprenez d’abord ce qu’est réellement la forclusion

Comprendre l’éviction est l’une des premières clés pour l’empêcher. La forclusion est une procédure légale dans laquelle un prêteur prend le contrôle d’une maison empruntée par un emprunteur à la suite de paiements hypothécaires manqués. Si la propriété est reprise, le prêteur la vendra probablement afin de récupérer une partie de la dette.

La forclusion est un long processus qui affecte négativement le crédit de l’emprunteur, mais qui est également indésirable et coûteux pour le prêteur. Cela signifie qu’il est dans l’intérêt du prêteur de travailler avec vous pour éviter la forclusion.

2. Identifiez à quel stade de la forclusion vous vous trouvez

Une fois que vous comprenez le processus en termes plus généraux, savoir à quel stade de la forclusion vous vous trouvez peut vous aider à prendre des décisions en connaissance de cause. Dans cet esprit, il existe quatre étapes menant à une forclusion dont vous devez être informé.

  • Paiements manqués

La première étape est l’absence de paiements. Pour une raison quelconque, la facture de l’hypothèque reste impayée. Dès que vous réalisez que vous ne pouvez pas effectuer votre paiement, vous devez contacter votre prêteur. Il existe de nombreuses options pour modifier votre contrat de prêt.

  • Avis public

Après 3 à 6 mois de paiements manqués, la phase de publication commence. À ce stade, votre prêteur a déposé un document appelé Notification de défaut auprès du bureau compétent. Vous devriez également recevoir un avis affiché devant votre porte afin de vous informer de la possibilité de verrouillage.

  • Pré-forclusion

Une fois que l’avis de défaut a été enregistré, vous entrez dans la phase de pré-forclusion. Cet avis active une période de grâce de 30 à 120 jours au cours de laquelle l’emprunteur peut payer les versements hypothécaires impayés. Si ces paiements sont payés en totalité, la forclusion est alors rejetée.

  • Vente aux enchères

Après le délai de grâce, votre maison peut être préparée pour la vente aux enchères. Même à ce stade, vous avez encore des options ! Tant que la maison n’a pas été vendue, l’emprunteur dispose d’un droit de rachat. Cela signifie que, jusqu’au moment où la maison est vendue aux enchères, l’emprunteur peut rembourser ses dettes et récupérer sa maison, mettant ainsi fin à la forclusion.

Si la maison va aux enchères, qu’elle soit achetée ou non, elle est toujours techniquement exclue. Si une maison n’est pas achetée aux enchères, elle devient alors une propriété de la banque.

3. Demandez l’aide d’un conseiller en logement

Si le processus de verrouillage n’est toujours pas clair, l’Agence Nationale pour l’Information sur le Logement (ANIL) fournit des conseils gratuits sur la prévention des saisies. Pour obtenir des conseils en matière d’évitement de la forclusion, contactez l’ADIL (Agence Départementale pour l’Information sur le Logement) disponibles près de chez vous.

Travailler avec un conseiller en logement peut vous aider à comprendre vos options et à mieux communiquer avec votre prêteur. En parlant à un conseiller, vous obtiendrez une meilleure compréhension de votre situation personnelle et de vos options. En effet, être mieux informé vous aide à prendre les meilleures décisions pour votre situation spécifique.

4. Communiquez avec votre prêteur

Peu importe à quelle étape de la forclusion vous vous trouvez, c’est toujours le bon moment pour entrer en contact avec votre prêteur. La forclusion étant un processus coûteux pour les prêteurs, ils préfèrent naturellement l’éviter. Votre prêteur peut vous aider à examiner les options de plan de paiement potentielles ou les solutions de remplacement sans saisie qui vous sont plus avantageuses que la maison effectivement saisie. Discutez avec votre prêteur des modifications potentielles de votre prêt, des plans de remboursement ou de la réduction de votre taux d’intérêt.

5. Évitez les escroqueries

Si vous vous trouvez dans le processus de forclusion, des ressources rentables sont disponibles. Des ressources gratuites du gouvernement sont disponibles pour des conseils en matière de forclusion, donc si quelqu’un vous contacte pour vous aider moyennant des frais, vous devriez faire preuve de méfiance. Beaucoup d’escrocs cherchent à tirer profit de personnes qui se trouvent dans une situation désespérée comme celle-ci, et peuvent être très convaincants. Vous pouvez les trouver n’importe où, d’Internet aux journaux locaux, alors n’oubliez pas de rester vigilant.

Les arnaqueurs peuvent facilement consulter les avis de forclusion affichés localement et en ligne pour cibler personnellement les emprunteurs. Si quelqu’un vous contacte directement, n’acceptez pas d’aide sans faire quelques recherches au préalable.

6. Passez en revue vos options

Avec l’aide du présent guide et en collaboration avec votre conseiller en logement, examinez attentivement les options qui s’offrent à vous. A quel stade de la forclusion en êtes-vous ? Qu’est-ce que votre prêteur est prêt à faire pour vous aider ? Déterminez vos choix et réfléchissez aux options qui vous conviennent le mieux.

Si vous êtes dans l’une des dernières étapes de la forclusion (soit avant la forclusion ou avant l’enchère), vous pouvez envisager une vente à découvert. En vendant votre propriété à un prix inférieur au montant de l’hypothèque impayée, il y a vente à découvert. Ceci est bénéfique parce que même si une vente à découvert n’est pas bonne pour votre crédit, elle est beaucoup moins dommageable qu’une forclusion. Dans certains contrats, la vente à découvert vous libère de la dette hypothécaire et vous permet d’aller de l’avant relativement indemne.

Aussi, assurez-vous de parler à votre conseiller au sujet d’un acte tenant lieu de forclusion. Cette entente transfère la propriété du bien au prêteur et libère l’emprunteur de ses dettes hypothécaires.

Si vous avez déjà travaillé avec un conseiller et votre prêteur, mais que vous voulez plus de conseils, envisagez de consulter un conseiller en forclusion spécifique à votre région.

7. Évaluez votre actif

Avez-vous des actifs que vous pouvez liquider, comme des antiquités, une deuxième voiture ou un système stéréo coûteux ? Si un membre de votre famille peut occuper un deuxième emploi, vous pourriez considérer cela comme une option viable. Même si les rentrées de fonds provenant de ces actifs peuvent ne pas suffire pour effectuer le paiement complet de l’hypothèque, cela peut néanmoins vous aider à éviter de prendre davantage de retard. De plus, si votre prêteur voit vos efforts, il sera plus susceptibles de vous aider en modifiant votre hypothèque ou en travaillant à l’élaboration d’un plan de paiement.

8. Envisagez de déposer une demande de faillite

Bien que le dépôt de bilan soit une décision importante qui doit absolument être discutée avec votre conseiller en logement, il reste néanmoins une option à envisager. Cette tactique intervient dans la phase menant à la vente aux enchères et agit comme une pause, car le dépôt d’une faillite interrompt temporairement le processus de forclusion.

Si vous vous déclarez en faillite, vos créanciers doivent mettre fin aux efforts de recouvrement. Comme la saisie est un effort de recouvrement, elle est techniquement arrêtée. Cependant, la faillite ne dissout pas la dette ; cela prolonge simplement la période de collecte.

Toutefois, le dépôt d’une faillite a d’autres implications et constitue une décision sérieuse pour quiconque. Discutez avec votre conseiller en logement pour savoir si le dépôt de bilan peut être une meilleure option pour vous.

Vous avez des options pour vous aider à éviter la forclusion

La vie est parfois pleine de rebondissements, et il n’est pas toujours possible de se préparer aux imprévus quand on est propriétaire. Si vous vous risquez une forclusion, ne paniquez pas. N’évitez pas le problème et n’y allez pas seul. En vous renseignant sur les options de soutien qui s’offrent à vous, vous pouvez prendre les meilleures décisions possibles pour aider à prévenir la saisie.

Lire également :
Utilisez YouTube pour vendre votre voiture d’occasion

Show Buttons
Hide Buttons
Abonnez-vous à notre newsletter

Abonnez-vous à notre newsletter

Rejoignez notre liste de diffusion pour recevoir les dernières nouvelles et mises à jour de notre équipe.

You have Successfully Subscribed!