Comment surveiller un jeune conducteur lors de la conduite accompagnée ?

De plus en plus de jeunes optent pour la conduite accompagnée afin de débuter leur apprentissage très tôt. Cette formule est accessible dès l’âge de 15 ans. Certes, les 20 heures de conduite obligatoires proposées par une auto-école en ligne sont indispensables pour maîtriser les différentes notions de conduite. Pourtant, le recours à une conduite accompagnée peut aider les jeunes conducteurs. Durant leur formation en conduite, sous la surveillance d’un accompagnant, ils vont pouvoir se perfectionner aux bases de la conduite et gagner en autonomie.

Le maniement du volant

Le volant est l’un des éléments principaux à maîtriser pour vous garantir une conduite sécuritaire et agréable. Le recours à la conduite accompagnée est l’un des moyens les plus sûrs pour vous aider à y parvenir. Si vous êtes un accompagnateur, vous devez insister sur ce point lors de l’apprentissage du jeune conducteur mineur. Vous devez le corriger dès que vous constatez qu’il a du mal à manier le volant, et ce dès les premiers kilomètres. Un bon maniement du volant est nécessaire pour deux raisons :

A voir aussi : Choisir sa caravane : les points essentiels à connaitre !

Outre le maniement, vous devez rappeler au jeune conducteur de vérifier le réglage du volant avant de prendre la route.

La règle de la priorité et le passage de vitesse

Souvent les jeunes conducteurs connaissent la règle de la priorité, mais ont du mal à l’appliquer dans la réalité de la circulation. Concrètement, ces jeunes ne savent pas si leur axe est prioritaire ou non. La conduite accompagnée est la meilleure option pour les aider à mieux respecter et maîtriser cette règle. Au cours des heures de conduite accompagnée imposées par la loi, vous devez insister sur ce point en tant qu’accompagnateur.

Au moment où vous allez lui apprendre à conduire en ville, faites-lui savoir que c’est la priorité à droite qui s’applique. Par la même occasion, apprenez-lui à maîtriser les caractéristiques de sa voie de circulation.

Un autre point qui mérite de la vigilance lors de la conduite accompagnée, c’est le passage de vitesse et l’action de rétrograder. Les jeunes conducteurs mettent du temps à maîtriser cette notion. Toutefois, après quelques leçons et de la persévérance, ils peuvent parvenir à utiliser efficacement et simultanément l’embrayage et le levier de vitesse.

Ajustement de l’allure et freinage

Respecter les limitations de vitesse est un acte responsable, mais ajuster l’allure de la voiture aux conditions du trafic l’est encore plus. Cette notion doit être inculquée aux jeunes conducteurs, et ce dès les premiers cours de conduite accompagnée. Cette capacité à ajuster l’allure leur est indispensable tout au long de leur vie de conducteur.

En effet, ils peuvent être amenés à conduire sous la pluie ou la neige. Par ailleurs, la maîtrise de cette notion leur permettra de faire face à un événement inattendu survenant sur la route. Quelle que soit la situation à laquelle le conducteur doit faire face, seule l’aptitude à ajuster l’allure lui permet de garder le contrôle de sa voiture.

Le freinage est un autre aspect que vous devez surveiller au moment d’accompagner un jeune conducteur. Cette notion est d’une importance capitale au niveau de la sécurité. Pour cela, vous pouvez commencer par l’entraîner en dehors de la circulation avant de l’exposer à des conditions réelles.

Conseils

Ces quelques points doivent être mis en avant et maîtrisés par le jeune conducteur durant ces heures de conduite accompagnée. Toutefois, pour faciliter l’assimilation de ces diverses notions, il faut qu’un dialogue permanent s’installe entre l’apprenti et son accompagnateur.

Au début, vous pouvez vous limiter à un travail de surveillance pour comprendre les lacunes de l’apprenant. Par la suite, vous devez commencer par lui proposer un itinéraire simple. Ce, afin d’apporter des corrections à ses déficiences. Au fur et à mesure que l’apprentissage avance, vous pouvez le mettre devant des situations plus difficiles.

La conduite accompagnée est l’une des alternatives d’apprentissage les plus plébiscitées par les jeunes conducteurs. Tout au long des séances, ils peuvent améliorer certaines techniques grâce à l’aide de leur accompagnateur.

La gestion des intersections et des rond-points

Parmi les nombreuses techniques de conduite à maîtriser, la gestion des intersections et des rond-points est l’une des plus importantes. Ces points sont effectivement souvent source d’erreurs qui peuvent être dangereuses pour le jeune conducteur ainsi que pour les autres usagers de la route.

Pour aborder efficacement une intersection, il importe tout d’abord au jeune conducteur de ralentir suffisamment sa vitesse avant d’y arriver. Il doit bien observer avec attention chaque panneau routier situé aux alentours afin de déterminer la priorité à appliquer. Si aucun panneau ne précise explicitement qui a la priorité, c’est alors le code de la route général qui s’applique : priorité donnée aux véhicules venant par votre droite.

Il faut respecter les règles en matière d’alcoolémie ou encore celles concernant l’utilisation du téléphone portable pendant la conduite accompagnée.

Les techniques pour éviter les distractions au volant

La sécurité routière est une question cruciale, en particulier pour les jeunes conducteurs en conduite accompagnée. L’une des principales distractions pendant la conduite est l’utilisation du téléphone portable. Il ne faut pas manger, boire ou fumer pendant la conduite. Il peut être utile de fixer un objectif commun avec le jeune conducteur avant chaque trajet afin que celui-ci soit pleinement engagé dans sa mission de conduire sans distraction.

Il faut rappeler que certains facteurs externes, tels que les conditions météorologiques défavorables, peuvent influencer négativement la qualité de la conduite. Dans ce cas-là, il faut être vigilant.