Cyber Threat Intelligence et Security level maintenance, une combinaison efficace contre les cybermenaces

Internet, les systèmes de réseaux et les systèmes d’information sont devenus un véritable champ de bataille. En effet, chaque opérateur doit faire face à des cybermenaces de plus en plus nombreuses et progressives dans un contexte où les attaquants ont un net avantage sur les défenseurs.

Dans le meilleur des cas, on peut mettre en place un système d’information parallèlement à un ensemble d’actions qui auront permis d’évaluer le niveau de sécurité actuel. Cette évaluation confirmera que le niveau de sûreté est adéquat par rapport aux risques associés.

A voir aussi : Où sont stockés les contacts Samsung ?

Cependant, si l’on n’entreprend aucune action une fois le système d’information mis en place, la découverte de nouvelles vulnérabilités liées aux composants logiciels utilisés et l’apparition de nouveaux logiciels malveillants inondant les réseaux vont rapidement et massivement dégrader le niveau de sécurité du système d’information.

Alors, comment faire en sorte que le système d’information soit protégé au maximum, qu’il réponde à ses exigences de sécurité et à ses propres menaces afin de maintenir son niveau de sécurité après sa mise en œuvre ?

A lire aussi : Comment lire clé usb sur décodeur orange ?

La Security level maintenance (SLM), le premier pas vers une anticipation active

Le point clé ici est l’anticipation active, qui permet de maintenir la durée d’un niveau de sécurité donné. L’anticipation est absolument vitale pour tout opérateur souhaitant maintenir des niveaux de sécurité optimaux.

La première brique du processus d’anticipation active est la « security level maintenance » ou SLM. Son objectif est d’assurer le niveau de sécurité d’un système ou d’un projet donné à chaque étape de son cycle de vie, par une gestion bien contrôlée et maintenue des risques associés aux vulnérabilités logicielles. En France, la SLM est un élément essentiel de la politique de sécurité des systèmes d’information de l’État (PSSIE), qui définit les règles de protection appliquées aux systèmes d’information de l’État. Mais comment fonctionne la SLM ?

Pour atteindre son objectif, la SLM recensera et regroupera toutes les vulnérabilités publiées par les fournisseurs de logiciels et les chercheurs en sécurité, afin d’offrir des mesures de protection.

Une fois qu’une nouvelle vulnérabilité a fait l’objet d’une détection, les analystes en accuseront réception afin de déterminer si le système d’information ou le projet surveillé a été touché et, le cas échéant, dans quelle mesure. Ensuite, la SLM attribue une cote de gravité selon le « Common Vulnerability Scoring System » (CVSS) et la décompose en trois mesures :

  • la mesure « de base » qui décrit la gravité globale de la vulnérabilité ;
  • la métrique « temporelle », qui reconnaît l’existence d’une solution de remédiation et d’un outil accessible au public pour exploiter la vulnérabilité ;
  • et la métrique « environnementale », qui évalue la gravité d’une vulnérabilité dans le contexte spécifique du système d’information. Ce score sera différent d’une organisation à l’autre.

Les équipes SLM peuvent rédiger un scénario d’attaque et, si possible, présenter une solution pour remédier ou contrer la vulnérabilité.

La SLM dans l’attaque WannaCry

WannaCry est un bon exemple pour illustrer les avantages des méthodes « préventives ». Le logiciel de rançon utilisé lors de la cyberattaque mondiale de 2017 s’appuyait sur le système d’exploitation maintenant obsolète de Microsoft, Windows XP.

58 jours avant l’attaque, Microsoft a publié un avis de sécurité. Le lendemain, une équipe SLM a envoyé un premier avis de sécurité aux utilisateurs affectés par la vulnérabilité, précisant qu’il s’agissait d’une vulnérabilité très critique et qu’il fallait donc une surveillance urgente.

Cinq jours plus tard, une équipe SLM a envoyé aux clients du service les différentes procédures correctives qu’ils devaient appliquer à leurs systèmes (selon les versions utilisées par chaque client).

Le 15 avril 2017, un mois plus tard, un exploit (un outil d’exploitation des vulnérabilités) a été rendu public. L’outil est une réalisation de « The Shadow Brokers », un groupe de pirates informatiques reliés à la NSA (National Security Agency). Le lendemain, les équipes SLM ont analysé l’exploit et ont averti les utilisateurs concernés, leur conseillant fortement de corriger la vulnérabilité.

Puis, le 12 mai 2017, l’attaque mondiale a frappé. Les équipes SLM se sont mobilisées et ont averti tous les utilisateurs concernés, leur faisant savoir qu’une attaque était imminente. Quelques minutes plus tard, l’avis de sécurité a été modifié et le niveau de gravité a été porté à un niveau critique.

Dans le cas de WannaCry, les équipes SLM ont permis aux responsables informatiques de se préparer à l’attaque, de réagir rapidement et d’éviter une situation de crise.

L’ajout du « Cyber Threat Intelligence » ou CTI, information relative au contexte d’utilisation de la vulnérabilité, aurait permis d’identifier des tendances afin de mieux anticiper et se défendre contre une telle attaque.

En 2019, la bataille numérique entre attaquants et défenseurs continue d’évoluer, rendant indispensable la connaissance de son contexte.

Cybermenaces, contextualiser pour anticiper les cybermenaces

Aujourd’hui, l’anticipation active des cybermenaces et des vulnérabilités exploitables dans un contexte spécifique est cruciale pour pouvoir répondre efficacement aux cyberrisques.

Connaître l’ensemble des différentes cybermenaces et savoir les qualifier dans le contexte spécifique du système d’information à risque est absolument vital. C’est aujourd’hui l’une des principales limites de la SLM, mais de nouvelles offres de services réunissant la CTI et la SLM répondent à ce défi.

Il est désormais important d’étoffer la description de ces vulnérabilités à l’aide d’une analyse avec le plus de contexte possible. L’objectif ? Offrir un service plus complet avec une aide à la décision.

Qu’est-ce que la Cyber Threat Intelligence offre à SLM ?

En tant que discipline fondée sur le renseignement, la CTI permet de collecter et d’organiser les données relatives aux cyberattaques et aux cyberattaquants, leurs motivations, leurs intentions et leurs méthodes.

Sur la base de ces données, certains facteurs semblent nécessaires pour les analyses de la SLM. Par exemple, la localisation est un élément contextuel intéressant : une vulnérabilité exploitée en Asie est contextuellement moins critique pour les clients européens, par exemple.

En tant que telle, la connaissance des éléments suivants est importante pour les analyses de la SLM :

  • où dans le monde a-t-on exploité la vulnérabilité ;
  • le groupe d’attaquants utilisant la vulnérabilité ;
  • les secteurs affectés par la vulnérabilité utilisée ;
  • les lieux géographiques touchés par la vulnérabilité utilisée ;
  • et les modèles d’attaque utilisant la vulnérabilité.

Face aux éléments donnés par l’utilisateur, toutes ces composantes permettent de réévaluer le score précédent et de mieux classer les vulnérabilités, ce qui permet aux utilisateurs de savoir lequel peut les affecter. Il s’agit d’un outil d’aide à la décision.

Les services de renseignements sur les cybermenaces disponibles sur le marché offrent des services que peuvent exploiter les SOC (Security Operations Centers) et les CERT. Jusqu’à présent, les responsables informatiques n’avaient pas de lien clair entre les offres de services CTI disponibles sur le marché et les outils de gestion des vulnérabilités. En associant la SLM et la CTI, les responsables informatiques peuvent désormais optimiser leur gestion des cybermenaces.

Il offre une plateforme de trading en ligne

En tant qu’intermédiaire financier, le courtier en ligne met à la disposition de ses clients une plateforme de trading en ligne. Cette dernière est un outil incontournable pour les traders débutants ou confirmés qui veulent investir sur les marchés financiers.

La plateforme de trading permet notamment d’accéder aux informations boursières et économiques en temps réel ainsi qu’à des analyses techniques et fondamentales. Elle permet aussi de passer des ordres d’achat ou de vente sur les différents produits financiers proposés par le courtier en ligne : actions, obligations, warrants, etc.

Certains courtiers en ligne offrent aussi des fonctionnalités avancées telles que la possibilité de créer des alertes SMS pour être informé rapidement sur l’évolution du marché ou encore l’utilisation d’un système algorithmique pour l’exécution automatique des ordres. Les traders peuvent donc ainsi bénéficier d’une grande flexibilité dans leur trading grâce à ces technologies innovantes mises à leur disposition.

Pensez à bien choisir une plateforme sécurisée et fiable afin d’être protégés contre toute tentative frauduleuse lorsqu’ils négocient sur les marchés financiers.

Avec cette offre complémentaire qu’est la plateforme de trading, le courtier joue un rôle clé dans l’accompagnement éducatif et technique mais aussi relationnel auprès de sa clientèle.

La mise en place d’un processus de SLM efficace pour garantir une sécurité continue

La sécurité est une préoccupation majeure pour toutes les entreprises, quel que soit leur secteur d’activité. Les cybermenaces sont de plus en plus nombreuses et sophistiquées, ce qui rend la mise en place d’un processus de SLM encore plus importante.

Le premier élément clé à considérer lors de la mise en place d’un processus de SLM efficace est l’identification des ressources informatiques critiques. Il s’agit notamment des serveurs, des applications et des données sensibles stockées sur le réseau.

Une fois ces ressources identifiées, pensez à bien mettre en place une politique globale de gestion des vulnérabilités. Cette politique doit inclure un calendrier régulier pour effectuer des analyses approfondies du système et identifier les éventuelles failles potentielles.

Pensez à bien vous renseigner sur les menaces liées aux cyberattaques. Ces informations permettent aux équipes chargées de la sécurité informatique d’être informées rapidement et précisément sur toute menace potentielle visant leur entreprise.

Les avantages de l’utilisation de la Cyber Threat Intelligence pour renforcer la SLM

La Cyber Threat Intelligence (CTI) est un élément clé pour renforcer la SLM. Effectivement, l’utilisation de la CTI peut offrir plusieurs avantages à une entreprise.

Le premier avantage est que la CTI permet d’être informé rapidement et précisément sur toute menace potentielle visant l’entreprise. Les équipes chargées de la sécurité informatique peuvent ainsi mettre en place les mesures nécessaires pour contrer ces menaces avant qu’elles ne deviennent critiques.

La CTI peut aider les entreprises à mieux comprendre le contexte des cybermenaces. Cela leur permet de mieux cibler leurs efforts de sécurité et d’allouer leurs ressources plus efficacement.

Un autre avantage majeur offert par l’utilisation de la CTI est qu’elle offre une vue globale du paysage des menaces informatiques. Grâce aux informations recueillies par les analystes spécialisés en cybersécurité, il est possible pour les entreprises d’identifier les tendances dans le domaine des attaques informatiques, ce qui leur permettra d’avoir une longueur d’avance sur les hackers malveillants.

Grâce à son expertise technique pointue et ses outils sophistiqués, la CTI peut aussi aider les entreprises à anticiper avec davantage de précision tout risque potentiel lié aux cybermenaces.

La combinaison entre SLM et CTI offre donc un arsenal complet pour renforcer efficacement votre politique sécuritaire face à toutes sortes de cyber-menaces croissantes en intensité et fréquence.

Comment intégrer la Cyber Threat Intelligence dans sa stratégie de SLM ?

Intégrer la Cyber Threat Intelligence (CTI) dans sa stratégie de Security Level Maintenance (SLM) peut sembler complexe. Cela peut être réalisé en suivant quelques étapes simples.

L’entreprise doit établir des critères clairs pour déterminer les informations pertinentes pour ses besoins spécifiques. Elle devra ensuite s’appuyer sur une veille constante et proactive afin de ne pas se faire surprendre par des cyberattaques.

Pour intégrer la CTI à sa stratégie de SLM, pensez à bien collecter et analyser les menaces informatiques.

L’équipe chargée du monitoring et de la réponse aux incidents doit aussi être formée à l’utilisation efficace des outils liés à la CTI tels que les systèmes SIEM ou encore les logiciels d’intelligence artificielle. Une expertise poussée dans ces domaines est indispensable pour pouvoir mettre en place une politique sécuritaire solide face aux cyber-menaces modernes qui sont toujours plus sophistiquées.

Dans le cadre de cette intégration entre CTI et SLM, pensez à bien faire des efforts de sécurité.

L’intégration de la CTI dans sa stratégie de SLM peut aider les entreprises à mieux se protéger contre les cyber-menaces toujours plus nombreuses et sophistiquées qui pèsent sur elles. En suivant ces étapes simples, n’importe quelle entreprise peut renforcer efficacement sa politique sécuritaire grâce à cette combinaison gagnante entre CTI et SLM.

Les défis à relever pour une SLM efficace face aux cybermenaces de plus en plus sophistiquées

Alors que la Cyber Threat Intelligence (CTI) peut aider les entreprises à mieux se protéger contre les cybermenaces, il reste des défis à relever pour une Security Level Maintenance (SLM) efficace face aux attaques toujours plus sophistiquées.

Le premier défi concerne le manque de ressources financières et humaines. Les coûts associés à la mise en place d’une politique sécuritaire solide peuvent être très élevés. Pour pallier ce problème, les entreprises doivent investir dans la formation de leur personnel afin qu’ils soient capables de faire face aux menaces informatiques.

Le deuxième défi est lié au délai entre l’apparition d’une menace et sa prise en compte par l’entreprise. Ce temps peut varier selon la taille de l’entreprise mais aussi selon son niveau technologique. Certaines entreprises n’ont pas encore développé suffisamment leurs outils informatiques pour pouvoir détecter rapidement une cyber-attaque.

Le troisième défi est celui du réglementaire. Un grand nombre d’exigences réglementaires doivent être respectées dans le domaine du traitement des données sensibles. Pensez à bien garantir la conformité des systèmes existants avec ces exigences tout en adoptant une approche proactive pour améliorer constamment cette conformité.

Le dernier défi est celui du maintien continu de politiques sécuritaires strictes au sein même des organisations qui souvent ne considèrent cela que comme un simple aspect technique plutôt qu’un ensemble complexe incluant aussi divers aspects juridiques ou organisationnels.

Face aux défis qui se posent aux entreprises pour maintenir leur niveau de sécurité face aux cybermenaces toujours plus sophistiquées, le recours à un spécialiste de la CTI peut aider. Effectivement, ces experts peuvent apporter une expertise précieuse pour identifier les menaces et ajuster les politiques sécuritaires des entreprises. Une collaboration étroite entre experts en CTI et responsables SLM permettra d’ajuster avec efficacité l’ensemble des actions nécessaires afin que l’entreprise soit mieux protégée contre les risques informatiques du XXIème siècle.